Rechercher

Presse : La Nouvelle Republique 21/09/2021

Dernière mise à jour : 20 nov. 2021


Vendanges en Chinonais : les nouveaux venus de l'appellation.

Nicolas et Thydha Gonnin - sans oublier Arun - on acheté 5 Ha à Cravant les coteaux, un changement de vie pour le jeune couple.


Vignoble du RAB

Un changement de vie radical. Nicolas et Thydha Gonnin ont posé leurs valises à Chinon en avril. Le couple de trentenaires a acheté 5 ha de vignes bio à Cravant-les-Côteaux. Ils arrivent de Paris. Lui conduisait des trains, elle travaillait dans le marketing de la mode. « On avait envie depuis plusieurs années de changer de vie, on ne s’épanouissait plus dans notre travail. On s’est posé la question : qu’est-ce qu’on aime ? On a l’habitude de recevoir autour de bonnes bouteilles et de bons plats. Comme on ne voulait pas se lancer dans la cuisine, on s’est dit pourquoi pas le vin ! On voulait produire quelque chose de A à Z, le façonner à notre image. » Ils ont choisi Chinon, car ils cherchaient un point de chute entre leurs familles respectives installées à Nantes et Saintes, mais aussi par goût de cette appellation. En pleine reconversion professionnelle, ils ont suivi des formations de gestion d’entreprise viticole et d’œnologie. Des jeunes qui ont soif d’apprendre. « C’est un travail complet, polyvalent, l’année passe et ce n’est jamais le même travail. C’est ce qu’on cherchait : la passion du métier. » Pour se lancer, il a fallu tout acheter, du tracteur au pressoir. « Quand on commence, on part de zéro. » Ils peuvent compter sur le soutien de leurs confrères. « On a été super-bien accueilli par les vignerons comme par les Chinonais. On a l’impression d’avoir toujours vécu là. En arrivant de l’extérieur, on avait un peu peur, c’est un petit microcosme, mais cette peur s’est vite dissipée. Les échanges avec les autres vignerons sont intéressants, ils nous conseillent, nous aident, nous prêtent du matériel» Dans quelques jours, ils vont vendanger à la main leur premier millésime (en biodynamie), aidés par leurs familles et proches. Il faudra ensuite vinifier, puis commercialiser le vin (en vente directe et par internet). Les premières bouteilles du vignoble du RAB. « Pour raisin à boire, c’est aussi le rabe de la cantine, des souvenirs d’enfance, de convivialité, de gourmandise sans chichi. » Et ils ne sont pas seuls dans cette aventure : Arun, cinq mois. La succession est déjà en marche !


Alexandre Salle, journaliste. La nouvelle Republique. 21/09/2021

76 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Cavistes / Commerçants La Cale 1 rue de Courbiac 17100 Saintes Retour de vignes 24 rue Admyrauld 17000 La Rochelle Aux potagers de beauregard 1 lieu-dit Beauregard, 17100 Le Douhet La cabane à vins 23